Vous ne pouvez pas rentrer chez vous, mais vous pouvez retourner à Monkey Island

Image de l'article intitulé Vous ne pouvez plus rentrer chez vous, mais vous pouvez retourner à Monkey Island

Image: Retours numériques

Tous les vendredis, club audiovisuel les membres du personnel commencent notre fil de discussion hebdomadaire ouvert sur les plans de jeu et la gloire récente du jeu, mais la véritable action, bien sûr, se trouve dans les commentaires, où nous vous invitons à répondre à notre éternelle question : A quoi jouez-vous ce week-end ?


Je finis par écrire beaucoup sur la nostalgie dans cette chronique – en partie parce que, à 38 ans (et vieillissant à la seconde près), mes os sont en poussière, ma barbe devient grise et j’aspire au doux baiser du soleils de ma lointaine enfance. Et en partie parce que putain, mais les sociétés de jeux vidéo aiment nous le vendre.

Redémarrages, remakes, rechapages, remasterisations: Ils sont partout ces jours-ci, aspirant de l’oxygène (et de l’argent), nous revendant notre propre histoire pour un profit considérable, et, pire encore, avec un manque de choses à dire sur le matériel source qu’ils nettoient si constamment .

Remerciez les dieux du jeu alors, pour Retour à l’île aux singes, une suite juste pour Dieu et sans trucs de la série classique de jeux d’aventure sur le thème des pirates. Sorti cette semaine et conçu par les développeurs originaux Ron Gilbert et David Grossman avec leur équipe de Terrible Toybox, Rendement est la chose rare qui fait ce que tant d’itérations récentes promettent : sil y a à la fois une célébration de la franchise sur laquelle elle est basée et un nouveau jeu génial à part entière.

Retour à l’île aux singes | Bande-annonce de révélation du gameplay

Les joueurs reprennent le rôle du héros du jeu d’aventure classique Guybrush Threepwood, qui ne veut plus être un puissant pirate parce qu’il en est déjà un. (En quelque sorte.) Apparaissant maintenant dans un nouveau style artistique magnifique – cela ressemble un peu à des poupées en papier en mouvement et correspond parfaitement au ton coloré du jeu – mais toujours exprimé par le vétéran de la série Dominic Armato, Guybrush veut réessayer de comprendre la vrai secret de l’île aux singes, car les révélations des cinq derniers matchs se sont toutes avérées être des faux-fuyants. (En attendant, l’une des choses merveilleuses à propos de Rendement est que s’il est généralement présenté comme une suite directe de L’île aux singes 2, le dernier jeu dont Gilbert était le concepteur principal, rend hommage à toutes les diverses aventures caribéennes de Guybrush. donner du courage, Contes de l’île aux singes les amoureux!)

Pursuing the titular secret will, of course, involve completing a series of tasks usually doled out in groupings of two or three, and almost always involving tricking someone out of a prized possession. (Guybrush is, after all, a pirate—and an adventure game protagonist.) It’s worth noting right up front that puzzle design isn’t necessarily Return’s strong suit: Even on the harder puzzle difficulty offered, it’s usually pretty easy to infer what comes next, and opportunities for old-school LucasArts lateral thinking are pretty rare on the ground.

Where Return excels, though, is in its writing and presentation. It’s a joy to return to this world—not just locations like traditional MI starting point Melée Island, which have been lovingly recreated, but the joke-heavy, consequence-light version of island living that’s always been this series’ stock in trade. Gilbert and company are unafraid to play the hits—you’ll run into Wally, Elaine, and the Voodoo Lady all within your first hour of play—but they’re also not beholden to the past. Monkey Island has always been about tone as much as any specific plot involving root beer or evil Australian real estate tycoons or whatever the hell the villainous Ghost Pirate LeChuck is up to this time. And it’s in recreating that tone that Terrible Toybox has crafted a worthy continuation of Monkey Island’s legacy, rather than a mere re-hash. And if you’re a newcomer to the series, then you’ll just get a beautiful, funny, bright adventure, filled with good jokes and great voice performances.

All that, and Gilbert and Grossman take a decent stab at kind-of, sort-of explaining what the hell was going on with the ending of Monkey Island 2, a mere 30 years after it drove us all to distraction.

Leave a Reply

Your email address will not be published.