L’équipe ASU développe un logiciel de réalité virtuelle pour enseigner les normes interculturelles

Le Cross-Cultural Communication Lab, un groupe de Learning Futures de l’ASU, développe des simulations pour enseigner aux gens les nuances des normes et du langage interculturels dans un environnement commercial virtuel.

Développées en collaboration avec la Thunderbird School of Global Management de l’ASU, les simulations plongeront les étudiants dans des scénarios commerciaux virtuels sans les pressions du monde réel.

Les simulations utilisent une plate-forme VR développée par Talespin, une entreprise qui fabrique la technologie VR pour la formation en milieu de travail. Les simulations devraient actuellement être lancées au printemps 2023 et seront livrées en anglais, puis éventuellement en espagnol, français, allemand, portugais et italien.

Les étudiants sont immergés dans un environnement VR réaliste, leur donnant le sentiment d’être dans un autre pays, a déclaré Michael Grasso, directeur des initiatives numériques, audiovisuelles et médiatiques à la Thunderbird School.

“C’est tout le sens du langage de les mettre dans un endroit à l’étranger, comme un café en France”, a déclaré Grasso.

Les simulations mettent l’utilisateur devant des personnages et des environnements qui reflètent des scénarios réalistes à l’aide du logiciel de Talespin.

Pendant les simulations, l’utilisateur voit un personnage animé et des options à choix multiples qui peuvent conduire à différents chemins pour démarrer la conversation. Selon le choix de l’utilisateur, le personnage répondra avec différentes émotions, a déclaré par e-mail Taetum Knebel, responsable créatif du Cross-Cultural Communication Lab.

Le logiciel sera utilisé dans les cours de langue à l’ASU pour les professeurs et les étudiants, et l’étudiant peut être évalué en fonction des choix effectués, a déclaré Knebel. Les simulations sont destinées à être utilisées pour des étapes de moins de 30 à 60 minutes pour éviter les maux de tête avec la réalité virtuelle, a déclaré Knebel.

Pour les personnes qui ne fréquentent pas l’ASU, les simulations seront disponibles moyennant des frais sur la plate-forme de Talespin, a déclaré Toby Kidd, directeur des Learning Futures Studios.

Les simulations étaient initialement destinées à être utilisées pour le développement du langage, mais au fur et à mesure que le développement progressait, la communication interculturelle a été ajoutée pour le rendre plus unique et offrir plus de valeur que les autres logiciels d’apprentissage des langues. Les simulations portent non seulement sur l’apprentissage des langues et la communication interculturelle, mais plus précisément sur l’utilisation de ces compétences dans le contexte de l’entreprise.

“Nous voulons enseigner aux étudiants le niveau exécutif si vous le souhaitez”, a déclaré Grasso. “Alors, quand vous entrez dans cette salle de réunion, comment approchez-vous les gens d’autres régions, eh bien, c’est très différent. Selon l’endroit où vous vous trouvez. Tokyo contre l’Amérique du Sud. Il y a différentes manières de parler. »

L’équipe du projet travaille avec des experts en la matière de la faculté de l’ASU pour naviguer dans les sujets sensibles et les manières qui peuvent survenir lors de la communication avec des personnes de cultures différentes et comment appliquer cela aux simulations, a déclaré Kidd.

Learning Futures développe d’autres logiciels de réalité virtuelle, notamment une salle de classe virtuelle appelée Huddle et une plateforme interactive et virtuelle réplique du campus de l’ASU Tempe.

Les simulations sont actuellement dans une phase de test précoce, a déclaré Kidd. L’immersion de l’apprentissage avec la réalité virtuelle peut aider les élèves à développer leur empathie, a déclaré Knebel.

“Le contenu immersif du contenu rend les étudiants plus concentrés sur le contenu afin qu’ils en apprennent davantage, et cela crée également plus d’empathie pour le contenu parce que vous êtes assis devant cet humain virtuel qui, comme, a des réactions très réalistes à ce que vous ‘faire.” ‘dites,’ dit Knebel.

Edité par : Kaden Ryback, Wyatt Myskow, Sophia Balasubramanian et Grace Copperthite.


Contactez le journaliste à Twildma1@asu.edu et suivez TyWildman1 sur Twitter.

Comme la presse d’état sur Facebook et suivez @statepress sur Twitter.


Continuer à soutenir le journalisme étudiant et faire un don à la presse d’État aujourd’hui.


Leave a Reply

Your email address will not be published.